Nieuw

Louis Marie Joseph Maximilien Caffarelli du Falga, 1756-99

Louis Marie Joseph Maximilien Caffarelli du Falga, 1756-99


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Louis Marie Joseph Maximilien Caffarelli du Falga, 1756-99

Louis Marie Joseph Maximilien Caffarelli (1756-99) was een ingenieur die een van Napoleons beste vrienden werd tijdens de Egyptische veldtocht, maar stierf nadat zijn arm was geamputeerd tijdens het beleg van Akko.

Caffarelli werd in 1775 aangesteld als ingenieur in het Franse koninklijke leger. Hij werd een overtuigd en extreem republikein, maar dit belette niet dat hij zijn rang verloor of gevangen werd gezet tijdens het ergste van de revolutionaire periode.

In het begin van zijn carrière werd tijdens de gevechten aan de Rijn een van zijn benen verwijderd door een kanonskogel, wat hem de bijnaam 'Jambe de Bois' (houten been) opleverde.

In 1795 nam hij deel aan Klebers oversteek van de Rijn. In hetzelfde jaar werd hij gepromoveerd tot brigadegeneraal.

In 1798 stelde hij Kléber voor aan Napoleon en hielp hij Kleber zijn plaats te veroveren op de Egyptische expeditie van Napoleon. Caffarelli was een van de leiders van de expeditie en hielp bij het plannen ervan. Hij voerde het bevel over de ingenieurs en hield toezicht op de Wetenschappelijke Commissie.

Hij presteerde goed tijdens de inname van Alexandrië (2 juli 1798), bestormd door Kleber na een tegengestelde landing.

Bij het begin van de opstand in Caïro op 21 oktober 1798 werd het huis van Caffarelli bestormd, en de technische uitrusting en voorraden die daar waren opgeslagen, werden vernietigd en twee van de academici van de expeditie, Duval en Thévenot, werden gedood.

Bij het beleg van Akko werd zijn arm gebroken en hoewel hij de wond zelf overleefde, stierf hij als gevolg van de resulterende operatie. Zijn leger werd door Larrey geamputeerd, maar ondanks de vaardigheid van zijn arts sloeg de koorts toe en stierf hij op 27 april 1799, twee weken na de operatie.

Zijn broer, generaal Marie-Francois Caffarelli, diende ook in het Franse leger en werd tijdens de schiereilandoorlog het bevel over het leger van het noorden in Spanje, hoewel zonder veel succes.

Napoleontische startpagina | Boeken over de Napoleontische oorlogen | Onderwerpindex: Napoleontische oorlogen


Als oudste van tien kinderen weigerde hij het recht van de eerstgeboren zoon uit te oefenen op het grootste deel van het vermogen van zijn ouders. Hij diende onder Jean Baptiste Kléber in het leger van Sambre-et-Meuse, verloor zijn linkerbeen door een kanonskogel op 27 november 1797, maar ging verder in het leger met een houten been en voegde zich bij Kléber op de Egyptische campagne.

Hij vergezelde Napoleon bij de Franse invasie van Egypte en was bij hem aanwezig toen hij op 12 juni 1798 in Valletta landde om Malta te bezetten. Net als de andere Franse generaals was hij onder de indruk van de verdedigingswerken en zei hij tegen Napoleon: "Op mijn woord, generaal, het is een geluk dat er iemand in de stad is die de poorten voor ons opent!"[1] Er ontstond een gezegde over hem onder de expeditietroepen in Frankrijk - "Caffa geeft er geen moer om wat er gebeurt, hij zal er altijd zeker één voet tussen hebben Frankrijk." Hij werd verkozen tot lid van de afdeling politieke economie van het Institut d'Égypte op 13 februari 1796 in de klasse van morele en politieke wetenschappen, en maakte deel uit van de commissie voor het opstellen van de voorschriften van het Instituut. Hij vergezelde Napoleon ook bij de onderzoeken om de route te traceren van wat later het Suezkanaal zou worden.

Vervolgens moest zijn rechterarm worden geamputeerd toen zijn elleboog werd verpletterd door een kogel tijdens een nieuwe aanval op Akko op 24 april. Hij begon net te leren schrijven met zijn linkerhand toen een gangreen toesloeg, waardoor hij koorts kreeg die hem fataal werd. . Napoleon schreef in de orde van de dag over hem: "Onze universele spijt vergezelt generaal Caffarelli naar het graf het leger verliest een van zijn dapperste leiders. Egypte een van zijn wetgevers, Frankrijk een van zijn beste burgers, en de wetenschap, een illustere geleerde ." Hij is de held van Youssef Chahine's film Adieu Bonaparte.


Maximilien Caffarelli -->

Louis Marie Maximilien de Caffarelli du Falga, częᖼiej wymieniany jako Maximilien Caffarelli (ur. 13 lutego 1756 w zamku Falga (departement Haute-Garonne) - zm. 27 kwietnia 1799, podczas oblę៎nia Akki), doorł jednym z generałów francuskich w czasach I Republiki Francuskiej.

Uczęszczał do szkoły oficerskiej dla dobrze urodzonych w Mézières, po czym, w roku 1786, został administratorem d༻r rodzinnych. W kwietniu 1791 otrzymał nominację na kapitana, aw 1792 otrzymał etat oficera artylerii w Armii Renu, ale po sprzeciwieniu się detronizacji i zgilotynowaniu Ludwika XVI, zostałs pozj 14 miesiᆜy.

Przywr༼ony do słu់y za wstawiennictwem Sieyèsa, w kwietniu 1795 został szefem batalionu w wojskach inżynieryjnych Armii Sambry i Mozy pod rozkazami gen. Klra, ale został ranny 17 grudnia 1795 i stracił lewą nogę.

Mianowany mimo swego kaleectwa generaᐮm brygady został dową nieistniej𐗎j Armii Anglii przygotowywanej do ewentualnej inwazji na wyspy brytyjskie, ale w koᑌu przex wodzą gen. Bonaparte do Egiptu.

Maximilien Caffarelli odegrał ważną rolę w przygotowaniu wyprawy do Egiptu, jak również - już na miejscu - w umocnieniu obrony Kairu, unormowaniu sta'x142ej105 x119dzy Aleksandrią en Kairem oraz utworzeniu, wraz z Józefem Sułkowskim, Instytutu Egipskiego.

27 kwietnia 1799, podczas oblę៎nia Akki, został poważnie ranny w prawe ramię i zmarł po kilku godzinach z upływu krwi.


Louis Marie Joseph Maximilien Caffarelli du Falga -->

Louis Marie Joseph Maximilien Caffarelli du Falga entspross einer adligen, ursprünglich aus Italien stammenden Familie und war das älteste von neun Kindern. Zu seinen Brﳞrn zählten Marie François Auguste Caffarelli du Falga (* 1766 † 1849), der ebenfalls zum General avancierte, en Louis Marie Joseph Caffarelli (* 1760 † 1845), der erster Seeprkt von Brest wurde.

Schön früh wurde Caffarelli für eine milit'xE4rische Laufbahn bestimmt. Im Anschluss an den Besuch der königlichen Milit'sxE4rschule in Sor'xE8ze wechselte er in eine Schule des königlichen Geniekorps zu Mezières. Gro෾ Begabung zeigte er für Mathematik, erwarb sich fundierte Kenntnisse der antiken en modernen Geschichte en widmete sich auch dem Studium der Philosophie, Politik und Jurisprudenz. Nach Beendigung seiner Ausbildung in Mezières erhielt er eine Anstellung bei den Ingenieurtruppen und kam in verschiedenen Garnisonen. Während zegens Aufenthalts in Calais en Dunkerque eignete er sich die Kenntnis der englischen Sprache an, lernte die Werke des irischen Schriftstellers Oliver Goldsmith sehr zu schätzen und ﲾrsetzte dessen Roman De dominee van Wakefield ins Franzöxf6sische.

Als sein Vater starb, hätte Caffarelli nach den Landesgesetzen des Languedoc die Hälfte des väterlichen Besitzes bekommen, verzichtete aber auf dieses Recht und teilte das Erbe gleichmäßig schmit seinen. Er wurde dann ein gemäßigter Anhänger der Französischen Revolution, die zun์hst seinen Aufstieg beschleunigte. Im april 1791 r࿌kte er in den Rang eines Catpitaine auf und wurde im n์hsten Jahr Artillerieoffizier bei der Rheinarmee. Er war der einzige híe Offizier, der laut gegen die am 10. Augustus 1792 erfolgte Absetzung des französischen Königs Ludwig XVI. zu protestieren wagte, weswegen er aus der Armee entlassen und auf dem R࿌kweg nach Falga festgenommen wurde. Dort musste er als vermeintlicher Royalist 14 Monate im Kerker absitzen.

Nach seiner Freilassung arbeitete Caffarelli zun์hst für das Milit'sxE4rkomitee in Paris en konnte auf Empfehlung von Emmanuel Joseph Siey'sxE8s im April 1795 als Chef de bataillon der Sambre- und Maasarmee wieder in dentre. Beim im September 1795 vorgetragenen Rhein'sFCbergang unweit D'FCsseldorf befand er sich am linken Flügel der Armee des Generals Jean-Baptiste Klr und trug wesentlich zum Gelingen dieser wichtigen Operation bei. Auch bei den folgenden Unternehmungen zeichnete er sich aus und fand hierdurch den Beifall und die Freundschaft von Jourdan, Bernadotte und Marceau. Als sich die französischen Truppen dann an die Nahe zur࿌kzogen, bedrängte ein österreichisches Heer derren hinteren Linien heftig. Caffarelli nahm deshalb am 16. Dezember 1795 met een infanteriebataillon op een einem günstig gelegenen Hügel Aufstellung und suchte von dort aus die österreichischen Verfolger zu hemmen und so den R࿌kmarsch seinerernaten. An der Seite des Generals Marceau stehend zerschmetterte ihm aber am 17. Dezember eine Kanonenkugel das linke Bein. Grenadiere trugen ihn auf einer durch Musketen gebildeten Tragbahre acht Stunden lang vom Kampfschauplatz fort, ohne dass in dieser Zeit seine Wunde verbunden worden wäre. Eine medizinische Untersuchung zeigte die Notwendigkeit der Amputation der verletzten Extremité4t, die in Anwesenheit von Jourdan und Bernadotte durchgef'xFChrt wurde.

Bald darauf kehrte Caffarelli zu seiner Wiedergenesung nach Paris zur'xFCck. Schon seit früher Jugend und selbst während des Krieges hatte sich der geistreiche Mann fortdauernd mit insbesondere mathematische, staatswissenschaftliche und philosophische Gegenstände betreffenden Studien besch'xE4ftigt. Die von ihm ver󶿾ntlichten Abhandlungen verschafften ihm bald nach seinem vorläufigen Ausscheiden aus dem aktiven Milit’sxE4rdienst einen Sitz im Nationalinstitut. Er regte u.ਊ. eine Verbesserung des 󶿾ntlichen Unterrichts an.

Caffarelli hatte eine Holzbeinprothese erhalten, wurde ein Vertrauter Napoleons und machte dessen Ägyptische Expedition mit. Er half bei den Vorbereitungen dieser Unternehmung mit und wurde im mei 1798 im Rang eines Général de brigade zum Chef des Geniewesens ernannt. Im Juni 1798 wirkte bei der Unterwerfung Maltas mit und widmete sich in der Folge neben militíschen Aufgaben auch den bei dieser Expedition angestellten Forschungen. So begleitete er Dominique-Vivant Denon bei dessen Besuchen von Theben en anderen ber'xFChmten Ruinenst'xE4tten. Auch gehóxF6rte er zu den Mitgliedern der von Napoleon gegróxFCndeten Commission des sciences et des arts. Mit der Armee marschierte er durch die Wüste nach Kairo, nahm am 21. Juli 1798 an der Schlacht bei den Pyramiden teil und zog vier Tage später mit den anderen französischen Soldaten in Kairo ein. Er verbesserte die Verteidigungsanlagen dieser Stadt sowie die Anbindung Alexandrias an den Nil und trug maßgeblich zur GrâfFCndung des Institut d’Égypte bei.

Im Februar 1799 beteiligte sich Caffarelli am Marsch op Palístina en den dabei erfolgten Angriffen auf al-Arisch, Gaza, Jaffa und andere befestigte PlöxE4tze, von wo aus der Osmanen den weiteren Vorsto’sDF der Franzosen nachten. Dennoch gelang es den napoleonische Truppen am 18. März, bis zur letztgenannten Stadt vorzur'xFCcken. Diese sollte sofort belagert werden Caffarelli en Dammartin unternahmen am 19. März die dafür notwendige Geländebegehung. Als Caffarelli ben 9. April die Sch'xFCtzengr'xE4ben inspizierte, wurde er von einer Kugel im rechten Arm getroffen. Dieser moet amputiert werden. Napoleon war mittlerweile eng mit ihm befreundet, nahm gro෾n Anteil an seinem Schicksal und besuchte ihn zweimal täglich. Ben 27 april 1799 erlag Caffarelli den Folgen der Operatie. Kurz vor seinem Tod hatte er Napoleon noch gebeten, sich seiner vier BrÃxFCder anzunehmen, welcher Bitte der franzÃxF6sische Machthaber dann auch nachkam. Sein Ableben wurde vom ganzen Heer bedauert, das ihn als freundlichen und talentierten Mann sehr geschätzt hatte. Unweit Akkon wurde ihm ein Grabmal errichtet.


Bestand:Tomb of General Caffarrelli in Acre, Israel.jpg

Klik op een datum/tijd om het bestand te zien zoals het er toen uitzag.

Datum TijdMiniatuurDimensiesGebruikerOpmerking
huidig11:08, 9 december 20082.048 × 1.536 (678 KB) Avi1111 (overleg | bijdragen) <> |Bron=zelf gemaakt |Author=avishai teicher Gebruiker:Avi1111 |Datum=01/06/2008 |Permission=publiek domein |other_versions= >> <!--<>--> Categorie:Acre (stad)

U kunt dit bestand niet overschrijven.


Invoering. La femme et l'homme nouveaux, une longue gestation de 225 ans... et plus...

1 Le 12 messidor an IX (30 juni 1801), Joseph-Marie de Gérando prononce l'éloge funèbre de Caffarelli du Falga, général de division mort à Saint Jean d'Acre le 8 floréal en VII (27 april 1799), devant la deuxième classe de l'Institut National. Il y raconte une mort digne d'un héros de guerre. Alors que l'on vient de lui amputer le bras devant la forteresse onverklaarbare :

  • 1 Joseph-Marie de Gérando , Vie du général Cafarelli du Falga, lue à la seance de la 2eclass de l'In(. )
  • 2 Sur l’importance de Gérando dans les systèmes de pensée réformateurs, voir Jean-Luc Chappey , Carole (. )

2 Par ce texte, Gérando pose de façon lumineuse et complex à la fois les enjeux de ce qui fut l'un des axes structurants de la décennie precédente : commentaar over acteurs qui firent la Révolution on-ils volu transformer les Hommes en citoyens en commentaar ont-ils place l'invention d'un homme nouveau, meer van die femme nouvelle, au cœur de cette entreprise2 ?

3 Revenir sur la Révolution et l'invention d'un Homme nouveau n'est pas anodin un quart de siècle après le bicentenaire. De vraag van het nieuwe bestaan, een partir de la remise en cause systématique des régimes communistes issus des révolutions du XX e siècle, largement empoisonnée par les utopies socialistes, se transformant en régimes liberticiden. Een nieuw leven in de samenleving van een socialistische soumis dans van een grootse est, van een robot die een mens is geworden van het oosten... Dansende voorwaarden, een reposer van de relevantie van de uitvinding van een nieuwe partir de 1789 , revenait à se confronter à la question détournée et mal posée de la matrice française des régimes socialistes du XX e siècle. Il faudrait faire référence à sures des travaux du Bicentenaire qui, déjà, avaient« reposé » la question, à starter par le colloque de Rouen dirigé in 1989 door Claude Mazauric3. Depuis le Bicentenaire, cette question est largement reposée dans des termes nouveaux – La Révolution est vue comme un laboratoire d’innovations, d’expérimentations…

  • 4 Zeev STERNHELL, Les anti-Lumières, du XVIIIesiècle à la guerre froide, Parijs, Fayard, 2011 (2006).
  • 5 « Pedagogieën, utopieën en revoluties (1789-1848) », La Révolution française, nr. 4, 2013. http://lrf(. )

4 Le soupçon sur la Révolution en général, sur la Terreur en particulier, pour avoir imaginé, avec leur utopie éducative, leur rêve de régénération, jusqu'à l'incongruité ultime du culte de l'Être condition d'une, les denaturation de l'homme, qui loin de le faire renaître, avaient malencontreusement inventé un monstre, un sorte de Frankenstein avant la lettre, créature monstrueuse en prefigurant les horreurs du XX en siècle. Zeev Sternhell consacre, depuis plusieurs années, toute son énergie à démonter cette contre-vérité historique qui frize parfois la supercherie4. Qu'on l'écrive en toute simplicité : la Révolution française n'est pas la matrice des totalitarismes du XX en siècle, son citoyen en sa citoyenne de raison n'ont rien à voir les foules fanatisées du XX e siè. Ainsi, il est temps (comme l'y invitent de nombreuses recherches actuelles) de reprendre le dossier et de le rouvrir sereinement pour reposer de façon nouvelle la question de l'Homme nouveau. Logiquement des d'ailleurs que ce numéro spécial sur «l'homme nouveau» succède au numéro sur l’éducation, presentée door Caroline Fayolle en Jean-Charles Butier5.

5 Het bijzonderheden van het volume is een nieuw werk voor geschiedenissen en filosofieën, en een grotere omvang van een plaats met filosofieën en een particulière van jene chercheurs travaillant met Jean Salem dans le seminaire «Marx op XXI» en. De fait, les réflexes de citations sont differents entre historiens et philosophes les libertés prises par les philosophes dans l'usage de la chronologie on pu sembler déroutantes pour les historiens les nécessités de contextualisation des historiesns on obligés de philosophes. Le pari de l'interdisciplinarité est à ce prix et il appartient au lecteur de juger le résultat de ce travail commun. Il nous a cependant semblé que le sujet méritait cette réflexion croisée.

  • 6 Mona Ozouf, L'homme régénéré. Essai sur la Révolution française, Parijs, Gallimard, 1989.
  • 7 Jean-Marie Goulemot, Le règne de l'histoire, discours historique et Révolution, XVIIe-XVIIIesiècle(. )
  • 8 Claude Nicolet, L'idée républicaine en France au XIXesiècle. Essai d'histoire kritiek, Parijs, Gal (. )
  • 9 Michel Vovelle, La mentalité révolutionnaire, Société et mentalités sous la Révolution française, P (. )
  • 10 Michel deCerteau , DominiqueJulia , JacquesRevel , Een politieke de la langue,La Révolution frança(. )

6 La volonté d’inventer un homme nouveau a commencé avant même la Révolution dans la forme littéraire de la régénération6. Reageer en voeg een nieuwe referentie toe aan een ideaal en bestaand bestaan ​​? Cette personne nouvelle n'est pas l'irréalisable d'un moment, mais l'irréalisé d'une situation passéiste. Comment faire advenir le citoyen dans l'homme, ou plutôt, quelles structuren voulues par le législateur doivent-elles convenir pour faire des habitants de la France, des êtres civilisés et politisés, c'est-à-dire appartenant en to conscience pour lui donner une dimension concrète ? Pensée ainsi, la Révolution ne pose pas seulement le problème de l'utopie comme l'horizon quasi onmogelijk à atteindre, mais au contraire, met à l'ordre du jour l'objectif à réaliser ici et maintenant dans la France révolutionnée et dans l 'Europa subissant zoon invloed. De fait, l'invention d'une nouvelle société, repose après 1789, sur la régénération des liens entre gouvernés et gouvernants, comme un plan de société globale articulé autour de l'idée que le mondeest une somme de qu'ilss acquérir pour le comprendre et l'améliorer. De tweede socle repose sur l'idée ces connaissances ne peuvent s'acquérir que par une méthode précise qui nécessite la critique, c'est-à-dire la compréhension du mode de fonctionnement de ce monde et la recherche paré exemple de deux essentiels de notre culture: de oorsprong en de causaliteit. Ces deux éléments sont essentiels pour saisir l’intelligence particulière développée par les Lumières, qui sont un pensée du début et une logique de l’enchainement7. Cela implique deux autres valeurs : la critique des systèmes qui weigert de remettre en cause leur origine (religion et pouvoir) et la nécessité de la transparence dans la méthode (d’où la politisation), comme propédeutique en marche. Le défi de tous les républicains du XIX e siècle est de construire un modèle où, pour devenir citoyen, il faut faire le «metier de citoyen», au risque de la démocratie elle-même. D'où le cauchemar du populisme césarien, authentique perversion de l'utopie pédagogique révolutionnaire, et vraie innovation du citoyen dénature votant encore au suffrage universel masculin mais pour renforcer désormais la dictature lui8 pesant sur dictature peasant. Enfin le troisième appui du projet repose sur la nécessaire liberté de la part de celui qui entreprend de construire son savoir, afin de pouvoir resolver des connaissances, d'un savoir citoyen, par le bias de cercles, de clubs, de fêtes. Het is een kwestie van politiek intervient comme constructeur du cadre qui permet une éducation pour tous, et qui fait de l'État, le garantie immédiat de cette liberté. Giet s'exercer, cette liberté doit être garantie par une forme d'égalité dans l'accès au savoir, immense moeilijkheid pour un régime sans cesse aux abois financièrement et sans cesse sur le qui-vive face à toutes les résistances qu'il'it belediger, weerstanden fondées sur le refus absolu de voir naître ce paar homme/femme nouveau doté d'une langue politique nouvelle10. Une fois ces premisses posés, ce savoir politique et citoyen doit avoir une application utile, en ce siècle des réformes et des transformations socials, économiques, technieken, à la hauteur d'une économie déjàue en connaiss exige des werelds géographie, en mathématique, en sciences de la navigation, en économie politique, en art militaire – autant de « matières » qui sont au cœur du projet de refondation de l'humain.

  • 11 Jean-Luc Chappey, La Société des Observateurs de l'Homme (1799-1804). Des anthropologues au temps d(. )
  • 12 Condorcet , Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain, « dixième époque : des (. )
  • 13 Voir l’article de Jean-Luc Chappey, « Révolution, régénération, civilisation : les enjeux culturels (. )

7 Een nieuwe visie op het leven en het vrouwelijke karakter, het positieve, de optimiste : het menselijke karakter van de natuur die kan worden geperfectioneerd op basis van de juiste instructie, die past bij de transformatie. Le but de cette instruction est la croyance en l'amélioration de la société dans tous ses domaines technologies, économiques et culturels, mais surtout dans deux directions importantes au cœur de la réflexion politique du XVIII e siècle: le vivire en commun commun . Ainsi la citoyenneté nouvelle est perçue comme un fait civilisationnel par les philosophes12. Meer informatie !13.

8 Il revient à Bertrand Binoche, dans un essai collectif qu'il a dirigé in 2004 autour du concept de « perfectibilité », d'avoir pose avec justesse les enjeux du problème par rapport à la spécificité de ce concept qui surgit dans une correspondance entre Grimm en Rousseau in 1755. Het is een teken van een temps van het ensemble van de reflectie dat is ontstaan ​​uit het gebruik en het einde van de disparaître, het nieuwe werk plus het gebruik van de façon opératoire in 1838 dans la 48 en leçon du Cours de philosophie positive de Comte14. Bertrand Binoche situeert de vraag de la désacralisatie en de lange beweging van de laïcisation de la société au cœur du débat. À la perfection chrétienne qui sera réalisée dans l’au-delà, la perfectibilité des philosophes pose comme a priori la possibilité de réaliser ici-bas une esquisse de perfection humaine que chacun détient, et qu’il convient de porter à la réalisation et à l’épanouissement, par le moyen du savoir critique.

9 Bertrand Binoche pose ainsi les enjeux, fussent-ils dérangeants : rustig te perfectioneren ? Tous les hommes par rapport aux animaux ? Tous les hommes blancs par rapport aux sauvages? Tous les hommes par rapport aux femmes ? En fonction de la réponse, le modèle de société change du tout au tout et le message cosmopolite d’optimisme dans la transformation de tous les êtres hummains peut évoluer radicalement. Cela posé, il convient d'agencer des méthodes, des technologies, des résultats pour que l'Homme transformé soit à son tour capable de changer et d'améliorer le monde dans lequel il vit.

  • 15 Maximiliaan Robespierre , uvres complètes, Parijs, Société des Etudes Robespierristes, boekdeel X, p. 32.
  • 16 Cité door Bertrand Binoche , op. cit, blz. 31.

10 N'est-ce pas le rêve exprimé par Robespierre dans le célèbre discours prononcé le 29 juillet 1793, en écho au projet de Le Peletier : « Ainsi se fora une race renouvelée, forte, laborieuse, réglée qu'une barrière et barrière impenetrable aura séparée du contact onpur des prejugés de notre espèce vieillie15 ? » N'est-ce pas encore Kant qui, dans un autre contexte, mais au même moment en 1793, assigne à l'humanité le privilège « de se perfectionner à l'infini »… : « tous ceux qui nous exhortent à prendre geduld en attendant l'autre monde, il faut répondre oui nos considerons vers cet autre monde qui n'est pas aussi clairement disjunct de celui-ci que vous le croyez16. »

  • 17 Bekijk het speciale nummer La Révolution française, « Pedagogieën, utopieën en revoluties (1789-1848) (. )
  • 18 Dominique Julia, De revolutie. Les trois couleurs du tableau, Parijs, Belin 1986 Jean-Luc Chappey (. )
  • 19 ibid.

11 Ces premiers éléments expliquent l’importance que les révolutionnaires vont consacrer à l’éducation, à l’enseignement et à l’instruction17. La Révolution se construit contre le système arbitraire de l'Ancien Régime et, à ce titre, elle n'a de cesse de mettre en avant qu'elle est en soi une éducation, un enseignement. Pour Dominique Julia, « de mythe van de geschiedenis van het projet révolutionnaire : het vroegere leven van een nieuw vrijgevochten eerste jaar en een nieuw mondstuk van het nieuwe jaar 18, . » Voormalig le peuple, par l'instruction, doit garantir l'unité nationale là où, auparavant, l'obscurité de l'ignorance permettait la division de sujets. L'éducation nationale doit construire les nouvelles mœurs des citoyens. Encore faut-il qu'ils sachent lire. Op 4 november 1790, La feuille villageoise qui mène un combat contre l'obscurantisme pose cette vraag: « Pourquoi les droits de l'homme ont-ils été si tard connus ? Antwoord: parce que le peuple ne savait pas lire, il ne pouvait pass s'instruire par lui-même et il se laissait séduire par les autres19. » De façon saisissante et convaincante, Caroline Fayole decrit dans son article la place incontournable du projet pédagogique républicain dans ses marges, lorsqu'il s'occupe notamment des filles et de leur avenir. Encore faut-il convenir, comme l'explique l'auteure de l'article, que le contexte qui entoure l'école n'est pas moins belangrijke que la nature du program d'apprentissage.

12 C'est pour cette raison que l'on ne saurait réduire dans cette introductie, l'invention des citoyens à l'école comme seul lieu physique de l'apprentissage. Plusieurs aspecten van de Révolution à l’œuvre doivent être reportnés pour comprendre cette dynamique de genese d’un être politique nouveau. Quelques outils de l'operation d'accouchement de cet être nouveau peuvent être rappelés.

  • 20 Christina Schroë , RepubliekExperiment. SymbolishePolitikimrevolutionârenFrankreich (1792-1799), We (. )

13 Ainsi, la fête révolutionnaire, comme moment essentiel de communion et d’apprentissage du politique. Les scénographies, les espaces cérémoniels, doivent éveiller les intelligences et mettre en acte le civisme naissant20. Le 19 oktober 1793, par voorbeeld à Arles :

  • 21 Mediathèque d'Arles, MSS 2352, Récit de Véran, tegenstander notoire à la révolution, qui écrit ses souv(. )

14 Les gewoonten, les cocardes, les toponymies changées, le calendrier révolutionnaire et la façon de l'expliquer, de le diffuser, le développement du français comme langue de la nation, et donc son apprentissage, sont les atouts de ce nouveau corps de citoyens naissant à la liberté.

15 op 7 november 1793, de vice-voorzitter van de sectie des Piques, de burger Sade, soumet à l’Assemblée un projet visant « à changer le nom des rues de son arrondissement qui portent des inscriptions proscrites, ignobles ou insignifiantes. » Dans ce projet, la rue des Capucines doit s’appeler la rue des Citoyennes françaises, sept jours après que la Convention a interdit aux femmes de voormalige des clubs politiques. L'audace du markies est à noter. La rue Saint Nicolas, s'appellera donc rue de l'Homme Libre, de rue de la Madeleine, rue de Cornélie et la rue de Suresnes qui s'y jette, rue des Graques, afin de donner les noms des enfants à celle qui suit, portant le nom de la mère. Le projet est adopté à l’unanimité, puis envoyé aux administrateurs de la Commune ainsi qu’aux responsables des travaux publics22. L'espace public urbain doit ainsi porter la marque de cette uitvinding de nouvelles citoyennes et citoyens, de leur particularité en de leur fécondité, uitvinding que la fluidité de la circulatie en ville doit illustrer. C'est le temps où Saint-Just, comme le décrit Marilyn Maeso, pense à la création du citoyen révolutionnaire et au rôle des instellingen. L'expérience sera menée de façon radicale parfois sans qu'elle aboutisse, tout révolutionnaire à la recherche d'un homme nouveau se trouvant confronté au principe corrupteur de son expérience par excellence: le temps. Las, les montagnards ne parviennent pas à leur fin. Vient le temps de thermidor, de ses désenchantements... Meer projet d'inventer un homme original en une femme nouvelleest-il leftné après la répression sans precédent du peuple parisien au printemps 1795 ?

  • 23 Bekijk, entre autres, Discours préliminaire au projet de constitution pour la république française, p(. )
  • 24 Charles Guillaume Theremin, De la situation intérieure de la République, Parijs, Maradan, 1797.
  • 25 James Livesey, Democratie maken in de Franse Revolutie , Harvard, Harvard Press, 2001 Pierre Sern (. )

16 Une autre période se profile, celle du Directoire, période paradoxale et centrale dans la serie d'articles qui suivent, de par les contradictions mêmes qu'elle met en scène, et les discours opposées qu'elle peut susciter. Il est une histoire possible de ce Directoire sous la forme de la république bourgeoise qui essentialise la nature d'un peuple gewelddadige, toegift dans l'enfance, et qu'il devient impossible de pouvoir éduquer à court terme: au mieux faut-il le kanalisator23. Encore faut-il, sans nullement occulter cette politique repressive menée à l'encontre du peuple, nuancer cette approche seulement negative et comprendre la démarche inverse du Directoire qui tient avant tout dans la volonté de reconstruire un système péledagogique de l'Institut national, pour promouvoir la diffusion la plus large du modèle de la cité. Cette politique d'instruction nationale ne doit pas opérer seulement par l'entremise de l'école, mais par la transmissie des « bonnes mœurs24. » Exemplaire, codifier les comportements, éradiquer les spektakels de sang, récompenser, innover, imaginer le Muséum d'histoire naturelle comme un lieu ouvert au public pour exposer l'harmonie entre l'homme et la nature, montrerles les réalisations autant d'impératifs de cette Formation de citoyens nouveaux25. Entre le projet et la réalité se trouvent les tensions sociales d'une crisis permanente, que l'appauvrissement du plus grand nombre rend patentes. Les opposants eux-mêmes aux projets de l’an III, les républicains démocrates de l’an VI et de l’an VII, cherchent une position intermédiaire entre l’utopie démocratique par l’égalité décrétée mais point vécue, et l’utopie républicaine par la liberté d’entreprendre, confirmée par le clivage de la méritocratie proposée comme sélection naturelle, la seule juste lorsqu’elle est confirmée par le savoir, en réalité biaisée par le capital de fortune au départ. La République de l’an III se propose comme une république capacitaire. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’article 16 de « L’état politique des citoyens dans le texte de la Constitution » :

  • 26 Jean-Luc Chappey , « Raison et citoyenneté : les fondements culturels d’une distinction sociale et p (. )

17 Le projet des Lumières se décline de façon précise. Le savoir construit la citoyenneté et la Constitution établit un calendrier précis de cette formation du nouvel homme républicain « parce-que-sachant-lire. » Cette condition doit se réaliser en neuf années, ce qui en dit long sur le pari politique, fondé sur l’espoir de formation de citoyens lettrés.

18 C’est à ce moment, entre la fin de l’année 1795 et la fin de l’année 1799, qu’une tension s’établit entre cette vision assagie de l’utopie devenue le projet républicain et, en opposition, la construction des utopies démocrates qui vont émerger même si une littérature officielle n’aura de cesse de les disqualifier. Une historiographie classique positive ou négative a retenu des projets politiques radicaux des babouvistes la subversion de leur dimension sociale. En revanche, la pédagogie commune de l’apprentissage, l’ensemble des règles nouvelles à partager et à expliquer, au moins autant subversives sont plus importantes pour comprendre la force de déstabilisation et la peur qu’a pu inspirer la Conspiration des Egaux une fois découverte au printemps 1796. C’est ce que démontre Stéphanie Roza dans son article, liant la pensée des Lumières avec celle des révolutionnaires, dans une perspective généalogique qui peut susciter le débat mais qui appelle à la réflexion.

  • 27 Bernard Gainot , 1799, Un nouveau jacobinisme ?, Paris, Éditions du CTHS, 2001.
  • 28 Pierre S erna , Antonelle, aristocrate révolutionnaire 1747-1817, Paris, Le Félin, p. 371.
  • 29 Michèle R iot-Sarcey , Le réel de l’utopie. Essai sur le politique au XIXesiècle, Paris, Albin Miche (. )

19 Les républicains démocrates de l’an VII et de l’an VIII n’ont eu de cesse d’imaginer les outils nécessaires à cette parthénogénèse, cet acte qui permet de s’enfanter soi-même27. La construction civique de la femme et de l’homme nouveaux s’effectuait dans les réunions, les cercles citoyens, par la diffusion d’un savoir dans les assemblées électorales primaires, sorte de propédeutique politique ter plaatse, qu’exprime bien le programme paru dans le Journal des hommes libres les 4, 8 et 18 thermidor an VII, sous la plume de Félix Le Pelletier. Parmi les neuf injonctions programmatiques, celle d’« établir une éducation égale et commune » est le quatrième point28. Encore quelques semaines et après le coup d’État, ce dernier, avec Antonelle, n’auront plus que le projet utopique de se replier en Normandie et de construire sur les riches propriétés de Le Pelletier des colonies de petites maisonnées capables d’accueillir des républicains, hommes nouveaux déjà vieillis. Échec de l’invention d’un nouvel Homme ? Preuve que le projet de cette gauche radicale était réellement utopique au sens d’irréalisable autrement que sous la forme de maisonnées en Normandie ? En revanche, ce qui est une forme de contre-utopie, est cette société bourgeoise qui tente d’imposer une pacification et une prospérité possible de tous, au moment où les tensions sociales ne cessent de se tendre. Un combat à front renversé se construit : les utopistes ne sont pas ceux que l’on croit et le jeune Marx ne tardera pas à le dénoncer. Michelle Riot-Sarcey a étudié et mis à jour ce groupe de libéraux à leur tour pris dans les utopies de ce qu’ils imaginent être leur représentation du monde dans sa dimension positive29. L’article d’AyseYuva sur les idéologues vient heureusement éclairer ce côté libéral et important de la question, démontrant que la gauche radicale n’a pas été, loin s’en faut, la seule mouvance politique à interroger cette modernité politique qu’a constituée l’apparition de citoyennes et citoyens nouveaux.

20 L’histoire ne s’arrête pas là et le XIX e siècle ne cessera de poser cette question comme le rappelle l’article de Louis Hincker.

21 Il faudrait surtout garder en tête, avant la lecture des articles qui suivent, non seulement la dimension expérimentale de l’homme nouveau qui implique succès, mais aussi échecs. Il s’agit surtout de ne pas oublier ce que la prudence doit apprendre à tout amateur d’histoire de la Révolution ancienne, sous la forme d’une évidence le plus souvent oubliée. Si les hommes nouveaux et les femmes nouvelles ont eu tant de mal à émerger dans le réel historique, c’est tout simplement parce que les femmes et les hommes anciens résistaient de toutes leurs forces pour faire échouer le projet. Parmi les révolutionnaires eux-mêmes, nombreux furent ceux qui doutèrent de la capacité du fait révolutionnaire à inventer un futur meilleur.

22 Ainsi sans aller chercher dans la littérature de la Contre-révolution, les projets d’invention d’un être politique nouveau durent provoquer suffisamment de peur sociale pour initier une réaction puissante, tout au long de la Révolution, mais qui n’éclate véritablement que sous le Consulat, au moment où se repose la question de l’éducation et les limites de ses ambitions. Il faut garder en mémoire cette pensée réactive, réactionnaire, pour saisir la force des projets éducatifs démocratiques, et la crainte qu’ils ont inspirée. Que l’on relise quelques-unes des réflexions privées et publiques de Roederer pour s’en convaincre :


Individual Note

En 1859 démissionnaire de l’Armée, il se retire dans sa propriété de Bouffard. L’année suivante il est élu conseiller municipal et désigné comme maire de Castres. À trente-huit ans, riche d’une expérience technique que lui a apportée l’Arme du Génie, appartenant par son milieu à la bourgeoisie démocrate, le nouveau maire se situe dans le camp des adversaires du conservatisme et du légitimisme. Son arrivée à la tête de la municipalité coïncide au plan local avec l’élection d’hommes de progrès et au plan national avec la mise en place par l’empereur d’une politique de réformes et d’ouverture en direction de l’opposition de gauche. Favorisé de surcroît par les conditions d’une certaine prospérité économique, Alquier-Bouffard va pouvoir réaliser une grande œuvre qui,en dix ans, transforme Castres.

En 1870, la chute de l’empire entraîne la dissolution des conseils municipaux et généraux. Alquier-Bouffard est néanmoins nommé président de la Commission municipale et de la Commission départementale. Il restera encore huit ans conseiller municipal arrivant en tête de la liste municipale républicaine aux élections de 1874 malgré l’hostilité déclarée de l’administration préfectorale et du parti réactionnaire. Arrivé entête à nouveau au premier tour des législatives de 1876, il se désiste pour assurer la victoire du candidat républicain. Désabusé, il aurait eu ce mot acerbe pour désigner ses concitoyens de Castres : “sale pays, sales gens, sale vent”.

Nommé trésorier payeur général dans l’Aude puis dans l’Ariège, il se retire en 1891 à Lavelanet, dont il avait hérité de son cousin germain Jules Gleizes veuf, il y vécut les vingt dernières années de sa vie, et accepta d’assumer les fonctions de maire, comme le firent à leur retraite ses prédécesseurs, son grand-père Joseph de Caffarelli et son oncle Auguste Gleizes. Il mourut à Lavelanet en 1911, âgé de quatre-vingt-neuf ans.


Viernes, 23 de septiembre de 2016

Palacio de Versalles. Galería de las Batallas. Bustos (III)

Sala de las Batallas. Palacio de Versalles.

BUSTOS DE PERSONAJES

Alberto Bruno Lacoste

André-Bruno de Frévol de Lacoste
General de brigada. Conde del Imperio.
Pradelles (Francia), 1775 - Zaragoza (España), 1809
General de ingenieros y edecán de Napoleón.

Noble de nacimiento e hijo de un teniente coronel de infantería, se unió al ejército en 1793 como ingeniero, sirviendo en el Ejército del Norte, y en 1794 en el Ejército de los Pirineos del Oeste. En 1795 fue enviado a Bayona y después a la escuela de Metz, donde en 1796 salió como teniente de ingenieros y enviado al Ejército del Rin y el Mosela, sirviendo en Biberach al año siguiente. En 1798 prestó servicio en el Ejército de Oriente, trabajando en Damietta, El Arisch y Jaffa. Sirvió en el asedio de Acre, Aboukir y dirigió las fortificaciones en la defensa de Kosseir. Sirvió en Heliopolis en 1800 y en 1801 fue ascendido a Jefe de batallón. De vuelta en Francia fue enviado a Mantua para dirigir las fortificaciones. En 1806 se unió al Ejército de Nápoles y sirvió en el asedio de Gaeta y tomó el mando de los ingenieros del VII Cuerpo. Sirvió en Prusia y Polonia en 1806 y 1807 y fue edecán de Napoleón. Fue enviado al asedio de Dantzig donde consiguió la Legión de Honor y luchó en Friedland, donde fue herido, y sirvió también en el asedio de Stralsund. En el verano de 1808 fue enviado a España, al asedio de Zaragoza. En agosto fue ascendido a general de brigada y después del sitio tomó el mando de los ingenieros del III Cuerpo. En el segundo asedio de Zaragoza, estando en el frente, fue alcanzado por un disparo y murió al dia siguiente.

Claude Louis Corbineau

Claude-Louis-Constant-Esprit-Juvénal Corbineau
General de brigada.
Laval (Francia), 1772 - Eylau (Prussia), 1807
General de brigada, escudero de la Emperatriz y edecán de Napoleón.

Jacques Desjardins
General de división.
Angers (Francia), 1759 - Landsberg (Polonia), 1807
General de división mortalmente herido en Eylau.

Charles-Etienne Gudin de la Sablonnière

Uno de los tres «inmortales» del Cuerpo de Davout, junto con Morand y Friant.

François Louis de Morland
Coronel de caballería.
Souilly (Francia), 1771 - Brünn (Austria), 1805

Louis-Marie d'Ayen de Noailles
General de brigada. Vizconde de Noailles
Paris (Francia), 1756 - La Habana (Cuba), 1804
Noble que sirvió en la Guerra de Independencia americana y en Santo Domingo.

Jean-Baptiste Kléber
General de división.
Estrasburgo (Francia), 1753 - El Cairo (Egipto), 1800
General en Jefe del Ejército de Oriente, asesinado en El Cairo.

Hijo de padre constructor, estudió en París, para ejercer de arquitecto, pero su asistencia oportuna a dos nobles alemanes en una pelea de taberna obtuvo para él una nominación a la escuela militar de Munich. Desde allí obtuvo una comisión en el ejército austríaco, pero dimitió en 1783 al encontrar en su humilde nacimiento un obstáculo en el camino de su promoción. A su regreso a Francia, fue nombrado inspector de edificios públicos en Belfort, donde estudió la fortificación y la ciencia militar. En los albores de la Revolución, Kléber no dudó en unirse a la Guardia Nacional como un granadero en julio de 1789. En 1792 se alistó en el 4º batallón de voluntarios del Haut-Rhin, y fue a partir de sus conocimientos militares como fue elegido como ayudante y poco después como teniente coronel. Se distinguió de tan gran manera en la defensa de Maguncia que aunque cayó en desgracia y fue encarcelado junto con el resto de la guarnición, fue reintegrado inmediatamente, y en agosto de 1793 ascendido a general de brigada. Ganó una considerable distinción en la guerra de la Vendée, y dos meses más tarde fue nombrado general de división. En estas operaciones comenzó su amistad con Marceau, con el que venció a los realistas en Le Mans y Savenay. Por expresar abiertamente su opinión de que deberían llevarse a cabo medidas indulgentes hacia las vendeanos, fue reclamado y llamado al orden pero en abril de 1794 fue restablecido una vez más y enviado al Ejército del Sambre y Mosa. Demostró su habilidad y valor en las numerosas acciones en torno a Charleroi, y sobre todo en la crucial victoria de Fleurus, después de lo cual en el invierno de 1794 a 1795 sitió Mainz. En 1795 y de nuevo en 1796 ocupó el mando de un ejército temporalmente, pero declinó un nombramiento permanente como comandante en jefe. En el 13 de octubre de 1795 se enfrentó en una acción de retaguardia brillante en el puente de Neuwied, y en la campaña ofensiva de 1796 fue el teniente más activo y exitoso de Jourdan. Kléber ofreció su renuncia en noviembre de 1796, citando razones de salud. No obstante, en diciembre fue nombrado comandante en jefe provisional del Ejército de la Sambre y Meuse. Reiteró su renuncia al ministro de la Guerra, y su renuncia fue aceptada por último, aunque no abandonó su puesto hasta principios de febrero de 1797. El resto del año fue tranquilo para el general Kléber. Después de permanecer en Estrasburgo por un corto período de tiempo, regresó a París, donde se alojó en una pequeña casa en Chaillot. Al año siguiente, 1798, intrigado por la expedición a Egipto, se unió al ejército como general de división y se le dio el mando de una división del Ejército de Oriente bajo el mando de Bonaparte. Al inicio de la campaña fue herido en la cabeza en Alejandría en el primer combate, lo que le impidió tomar parte en dicha etapa de la campaña y en la Batalla de las Pirámides, pero a pesar de ello fue nombrado gobernador de Alejandría. En la campaña de Siria de 1799, sin embargo, mandó la vanguardia, tomó El-Arish, Gaza y Jalia, y ganó la gran victoria del monte Tabor el 15 de abril de 1799. Cuando Napoleón regresó a Francia a finales de 1799 dejó a Kléber al mando de las fuerzas francesas. Viendo la situación y sin esperanza de traer su ejército de vuelta a Francia o de consolidar sus conquistas, hizo la convención de El-Arish. Pero cuando Lord Keith, el almirante británico, se negó a ratificar los términos, atacó a los turcos en Heliópolis, con poco más de 10.000 hombres contra 60.000 enemigos, y los derrotó completamente el 20 de marzo de 1800. A continuación, volvió a tomar El Cairo, que se había rebelado contra los franceses. Poco después de estas victorias fue asesinado en El Cairo por un fanático el 14 de junio de 1800, el mismo día en que su amigo y camarada Desaix caía en Marengo.

François-Paul, Comte de Brueys D’Aigalliers
Almirante y Conde.
Uzès (Francia), 1753 - Bahía de Aboukir (Egipto), 1798
Almirante al mando de la expedición a Egipto de Napoleón y muerto en la batalla naval del Nilo.

François-Paul Brueys d'Aigalliers prestó sus servicios en la armada francesa desde temprana edad. En 1766 sirvió en Levante y cuatro años más tarde participó en la expedición a Túnez. Brueys volvió de nuevo a Levante antes de ser enviado a Santo Domingo, donde cayó enfermo. En 1773 regresó a Francia y pasó de nuevo gran parte de su tiempo otra vez en el Levante. En 1780 Brueys se unió a la escuadra del conde de Guichen que finalmente sirvió bajo las órdenes del conde de Grasse y participó en la Guerra de Independencia Americana en varias acciones y a su conclusión fue nombrado Caballero de San Luis. En 1784 Brueys recibió el mando de la corbeta Chien de Chasse y fue enviado a las Antillas. Finalmente volvió a Francia en 1787, pero luego fue enviado de regreso al continente americano al mando de la corbeta Coureur. Con la llegada de la Revolución Francesa a Brueys se le dio el mando de la corbeta Poulette y enviado de nuevo al Levante y al mar Adriático. En enero de 1792 fue ascendido a capitán y tomó parte en las expediciones a Oneille, Nápoles y Cagliari al mando del almirante Truguet. En mayo de 1793 las autoridades de Toulon detuvieron a Brueys y éste renunció a su mando. En 1795 el Comité de Salud Pública reintegró a Brueys como capitán de la Marina francesa. Al año siguiente fue ascendido a contralmirante y recibió el mando de la marina francesa en el mar Adriático, al mando de su buque- insignia, el Guillaume-Tell. Brueys transportó tropas francesas a las islas Jónicas que llevó a su captura exitosa por los franceses. Posteriormente fue ascendido a vicealmirante en abril de 1798. El Almirante Brueys fue nombrado comandante de la marina en el Mediterráneo, puesto a cargo de las operaciones navales de la expedición a Egipto y dirigió la flota desde Toulon a bordo de su buque-insignia, el Orient. Esquivó por dos veces la flota del almirante británico Nelson y, previa conquista de la isla de Malta, se dirigió hacia Alejandría donde las tropas francesas fueron desembarcadas con éxito. Sabiendo que la flota británica estaba en alguna parte, Brueys ancló sus barcos en la bahía de Abukir y tomó una posición defensiva. Sin embargo, la flota de Nelson finalmente apareció en la tarde del 1 de agosto y los barcos de cada flota comenzaron a participar en la batalla. Brueys resultó levemente herido en la cara y en la mano por los escombros que volaban, sin embargo, alrededor de las ocho de la noche una bala de cañón le golpeó y casi le partió en dos. Se negó a ser llevado bajo cubierta y murió a los quince minutos. No mucho después, un gran incendio en el Orient que no pudo contenerse provocó que la nave explotara inmersa en una gran bola de fuego.

Dominique Martin Dupuy
General de brigada.
Toulouse (Francia), 1767 - El Cairo (Egipto), 1798
General y Gobernador del Cairo.

(1) Davout citó que deseaba que su III Cuerpo de ejército fuera para Napoleón como "La décima legión de César", en referencia a la mejor unidad de éste, la X Equestris.


The Irgun (ארגון full title:, lit. "The National Military Organization in the Land of Israel") was a Zionist paramilitary organization that operated in Mandate Palestine between 1931 and 1948.

The Israel Central Bureau of Statistics (הלשכה המרכזית לסטטיסטיקה, HaLishka HaMerkazit LiStatistika), abbreviated CBS, is an Israeli government office established in 1949 to carry out research and publish statistical data on all aspects of Israeli life, including population, society, economy, industry, education, and physical infrastructure.


Retreat

Soon afterward, Souham's pursuit slackened when General of Division Marie-François Auguste de Caffarelli du Falga reclaimed 12,000 Army of the North troops and returned to the Bay of Biscay coast to deal with a new outbreak of Spanish guerilla attacks. ⎗] Following instructions from Wellington, Hill evacuated Madrid on 31 October 1812. Hill's 4,000-man rear guard held off Soult's advance guard at the Aranjuez bridge on the 30th. A week later, he linked up with Wellington near Alba de Tormes. Meanwhile, Souham joined Soult on 8 November. ⎚] On 10 and 11 November the two armies sparred along the Tormes River near Alba. Twelve voltiguer (light infantry) companies and the 45th Line Infantry Regiment of the French 5th Division were repelled by Brigadier General Kenneth Howard's brigade of the 2nd Division. This unit included the 1st Battalions of the 50th Foot, 71st Foot, and 92nd Foot and was supported by 2nd and 14th Portuguese Line Infantry Regiments. Casualties amounted to 158 French, 69 British, and 44 Portuguese. Disappointed here, Soult's army crossed the Tormes farther south and Wellington fell back. ⎛]

On 15 November, 80,000 French troops faced 65,000 Allied soldiers on the old Salamanca battlefield. To the fury of the French soldiers and officers, Soult failed to order an attack. Instead, Wellington began retreating that afternoon. As the Allies marched away, rain began to fall continuously. ⎜] As the supplies in the Salamanca depots were feverishly packed up and sent away, Wellington's logistical arrangements collapsed completely. Fortunately for the Allies, Joseph had forbidden all but his cavalry to pursue. ⎝] On 16 November at Matilla de los Caños del Río, Brigadier General Victor Alten with 1,300 men clashed with 2,000 French cavalry consisting of the 2nd Hussar, 5th and 27th Chasseurs à Cheval and 7th Lancer Regiments. Alten had the 1st and 2nd Hussars of the King's German Legion and the 14th Light Dragoons, as well as two cannons and the light company of the 1st Battalion of the 28th Foot. The French lost 50 men, almost all of whom were wounded and captured, while Alten's command suffered 34 casualties. ⎞]

Already demoralized by having to retreat, the Allied soldiers were soon forced to survive on acorns when the inept Quartermaster General James Willoughby Gordon directed the supply trains onto the wrong road. On 17 November, Gordon sent the cavalry rear guard off to a flank and for a time the retreating infantry were directly exposed to the attentions of the French cavalry. On this day, Wellington's second-in-command Edward Paget was made a prisoner by the French horsemen. The misery of the hungry foot soldiers was intense as they struggled to march on muddy roads in the cold weather. ⎟]

During the retreat three of Wellington's division commanders took matters into their own hands. Lieutenant General William Stewart and two others decided to disobey the army commander's direct order to retreat by a certain road. Stewart was joined by Lieutenant General James Broun-Ramsay, Lord Dalhousie and either Major General John Oswald or Lieutenant General Henry Clinton. When Wellington found them in the morning, the three divisions were in complete confusion. Later the army commander was asked what he said in the situation and he replied, "Oh, by God, it was too serious to say anything." ⎠] On 16 November, the French cavalry rounded up 600 stragglers and the following day, they captured even more. ⎝]

The Allies staggered into their base at Ciudad Rodrigo on 19 November. Two-fifths of the army's soldiers were either ill or missing. The humor of the rank and file was not improved when Wellington issued a nasty letter to his division and brigade commanders and it was leaked to the press. ⎡] A total of 5,000 men were missing. While many of the missing were on the way to French prison camps, the majority had died from starvation or hypothermia. Though the Allied army had apparently been defeated, in fact much had been accomplished in 1812. The French had been ejected from the cities of Ciudad Rodrigo, Badajoz, Seville, and Astorga, and the provinces of Andalusia, Extremadura, and Asturias. ⎢]


Bekijk de video: Louis-Marie-Joseph Maximilian Caffarelli du Falga (Oktober 2022).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos